Urgence maladie infantile, que faire ? – Etude de cas

Les enfants, c’est ce que nous avons de plus cher au monde. Dès qu’un bébé a de la fièvre, de la toux, ou tout autre symptôme, les parents ont tendance à s’inquiéter. Et c’est tout à fait normal ! En expatriation, ce stress lié aux soins chez l’enfant et le bébé peut-être décuplé.
Attraper une infection, un virus ou une maladie banale peut arriver à tout moment et sans prévenir, d’autant plus chez le nourrisson ou l’enfant qui a des défenses immunitaires plus faibles que l’adulte. Avec un changement de rythme de vie, le risque est d’autant plus grand.
Que ce soit une éruption cutanée bénigne due à la chaleur, une toux à cause de la climatisation dans un avion ou des symptômes plus graves comme par exemple la rougeole, tout cela peut-être source de stress.
En France, il est plutôt facile de se rendre chez un pédiatre pour une consultation lors de l’apparition de symptômes suspects. Ce n’est pas forcément le cas à l’étranger. Il est donc important d’être bien couvert par son assurance santé pour pallier toute éventualité, car les systèmes de soins peuvent être très différents d’un pays à l’autre et par rapport à la France.

Avant votre départ…

Les parents expatriés peuvent donc se demander comment être plus sereins avec un enfant en bas âge. Avant votre départ de France, consultez votre médecin généraliste ou pédiatre, pour faire le point. En fonction de votre pays d’expatriation, il faudra mettre à jour la vaccination de votre enfant. Lors de cette consultation, demandez à votre médecin ou votre pharmacien de vous prescrire des médicaments pour constituer une trousse de premier secours (migraines, troubles digestifs, crème contre les éruptions cutanés, etc.) 

Vous pouvez également faire le point sur la situation sanitaire du pays dans lequel vous déménagez. Les risques sanitaires et pédiatriques ne sont par exemple pas les mêmes en Afrique qu’en Norvège. Faites une recherche en amont, consultez des blogs, lisez des articles de blog d’expatriés sur place, etc. Vous pourrez ainsi savoir à quoi votre bébé devra potentiellement faire face (coqueluche, paludisme, scarlatine, varicelle, autre virus…) ou encore comme se déroule une consultation pédiatrique.

Que faire si mon enfant tombe malade à l’étranger ?

Tout dépendra de la gravité de la maladie, de la durée du traitement, mais également de la qualité des soins et des infrastructures du pays d’expatriation.
Il faut également prendre en compte la barrière de la langue, surtout dans les soins liés à votre enfant. En effet, il sera certainement plus simple pour lui de communiquer avec le corps médical dans votre langue maternelle. Grâce à un service de téléconsultation, vous pourrez échanger avec un médecin dans votre langue maternelle. Il vous sera plus facile d’exprimer les symptômes de votre nourrisson et de comprendre le diagnostic du médecin.

Pensez à bien vérifier que votre assurance santé prend en charge le rapatriement et également les frais annexes qui peuvent être appliqués en fonction des maladies et des soins administrés. En effet, il y a parfois des particularités dans les contrats d’assurance santé internationale, d’autant plus sur des questions de pédiatrie. Par exemple, si votre contrat couvre ou non vos enfants contre la COVID-19.

Nos experts en santé internationale vous renseignent et vous aident à choisir les solutions les mieux adaptées en fonction de votre situation et de votre contrat.  

Crédit photo : Katherine Hanlon

Étude de cas client santexpat.fr

L’un de nos clients est expatrié en Guinée-Conakry (Afrique) avec sa famille. Les médecins ont malheureusement détecté chez leur enfant de 4 ans une malformation cardiaque.
Cette pathologie nécessite une opération à cœur ouvert qui ne peut pas être réalisée sur le plateau cardio-pédiatrique de leur pays d’expatriation.

Il a donc fallu que l’enfant soit rapatrié en Europe, plus précisément en France ou en Allemagne. La famille a décidé de rentrer en France afin d’être dans leur pays d’origine et de communiquer avec le corps médical dans leur langue maternelle. Leur enfant a pu exprimer ses symptômes aux médecins et les parents comprendre plus facilement les diagnostics émis. 

Après leur rapatriement, santexpat.fr a fait en sorte que l’enfant soit immédiatement pris en charge dans un hôpital avec des soins de qualité et adapté à sa pathologie. L’expert santexpat.fr en charge de ce dossier s’est également assuré que la suite du traitement se déroule correctement.


Un bébé et/ou un enfant en bas âge a tendance à avoir des défenses immunitaires plus faibles que celles de leurs parents, il est donc plus facile pour eux de tomber malade.
Attraper un virus, la varicelle, la coqueluche, le paludisme ou la scarlatine peut arriver quand vous êtes en France, mais d’autant plus à l’étranger. De plus, les équipes médicales, la qualité des soins et infrastructures dépendent de votre nouveau pays de résidence. Certains pays ne dispensent pas spécialement de suivi pédiatrique. Il faut donc bien se renseigner : avez-vous besoin d’un vaccin spécifique pour votre bébé ? Le traitement contre la scarlatine est-il disponible ? Un traitement contre le paludisme est-il accessible facilement ? Comment consulter un médecin en cas de varicelle ? Beaucoup de questions auxquelles il faudra répondre.
N’oubliez pas de penser à une solution de repli vous permettant de rentrer rapidement en France si besoin, pour pouvoir consulter un médecin ou faire soigner votre enfant.

L’un des experts santexpat.fr peut vous accompagner durant toute la durée de souscription de votre contrat concernant les démarches santé liées à la pédiatrie.