Accueil » Les protections sociales pour accoucher à l’étranger : focus sur l’assurance maladie, ici ou à l’étranger, en cas de grossesse 
accouchement etranger protection sociale

Les protections sociales pour accoucher à l’étranger : focus sur l’assurance maladie, ici ou à l’étranger, en cas de grossesse 

Les pratiques médicales sont différentes d’un pays à l’autre mais l’expatriation, le fait de vivre ou de travailler à l’étranger, ne vous empêche pas d’avoir un projet d’enfant. Sécurité sociale, CFE, assurance privée et autre régime de santé local : on revient sur les possibilités de protection sociale en France ainsi qu’à l’étranger en cas de maternité hors du territoire français.

Les protections sociales disponibles pour expatriés français à l’étranger 

En fonction de votre pays de destination et/ou de résidence, un accouchement peut coûter cher. D’autant qu’en plus de l’accouchement, il faut penser et compter les analyses, les échographies, le suivi médical et/ou les soins médicaux, le séjour à la maternité… L’ensemble de la grossesse a un coût. 

Pour vous donner un exemple, tandis qu’en France, un accouchement pris en charge par la sécurité sociale peut coûter entre 2 300 € et 2 600 €, aux États-Unis, il coûte en moyenne $18 000 USD et 52 000 € à Hong Kong pour une césarienne. Ainsi, en cas de projet d’enfant, n’oubliez pas de bien vous renseigner quant aux protections sociales étrangères et/ou françaises. Pour les lister rapidement :  

  1. Le système de protection sociale du pays d’accueil 

A partir du moment où vous exercez une activité professionnelle en dehors du sol français, vous ne dépendez plus de la sécurité sociale mais êtes rattaché au système de santé local. Ainsi, que ce soit pour une simple consultation ou pour un accouchement, c’est auprès du régime de santé du pays dans lequel vous vivez que vous obtiendrez tous les renseignements. Et on vous conseille de bien vous renseigner en amont car la maternité n’est pas prise en charge dans tous les pays. Aussi, les taux de remboursement peuvent être bien inférieurs aux taux de remboursement français. 

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous renseigner sur le site du Centre des liaisons européennes et internationales de Sécurité sociale (aussi appelé CLEISS). 

  1. La CFE pour Caisse des Français à l’étranger

Il s’agit en quelque sorte de la protection sociale de base des Français vivant à l’étranger : la CFE est un organisme privé de mission publique qui fonctionne de la même façon que la sécurité sociale en France. Elle propose une protection standard de vos frais de santé ainsi qu’un encadrement standard de la maternité. L’affiliation est gratuite mais vous payez une cotisation tous les mois, en fonction de votre revenu ou des revenus de votre foyer. 

A noter : si votre date de départ à l’étranger remonte à plus de 3 mois avant adhésion, l’accouchement ainsi que le suivi de maternité ne sont pris en charge que si l’enfant a été conçu après adhésion. Autrement dit, vous ne pouvez pas adhérer au régime pour encadrer votre maternité après être tombée enceinte si vous êtes à l’étranger depuis plus de 3 mois. Au contraire, si vous adhérez tout de suite au moment du départ, il n’y a pas de rupture de votre protection. 

Lorsque vous tombez enceinte, il suffit d’envoyer à la CFE un certificat ou une attestation médicale qui précise la date présumée (où vous êtes tombée enceinte) ainsi que la date d’accouchement pour profiter de l’encadrement de la CFE. Attention : tous les hôpitaux à l’étranger ne sont pas conventionnés par la CFE. Encore une fois, il est important de bien vous renseigner (ici sur le site de la CFE).

  1. Une assurance santé complémentaire 

Souscrire à une assurance internationale privée est ce qui vous offre la meilleure couverture, la meilleure prise en charge. Les coûts d’adhésion sont plus élevés qu’auprès de la CFE par exemple mais vous profitez d’un meilleur encadrement. Renseignez-vous cependant auprès des compagnies d’assurance car toutes ne prennent pas en charge la maternité. N’hésitez pas à les contacter pour connaître les modalités d’encadrement (pour un accouchement traditionnel ou un accouchement à la maison, en cas d’hospitalisation, en cas d’accident, etc.)

A noter : avec certaines assurances spécialisées pour expatriés, vous ne bénéficiez d’une prise en charge qu’en cas d’accouchement à l’étranger (vous n’êtes pas couvert en cas d’accouchement en France). N’hésitez pas à visiter notre site Santexpat.fr : en fonction de votre situation et du pays d’accueil, nos experts en santé vous proposent les assurances les plus adaptées.

Rentrer en France pour accoucher ?

En France, tous les examens médicaux obligatoires dans le cadre d’un suivi de maternité sont pris en charge à 100 % par l’assurance maladie française (selon le tarif conventionnel de la sécurité sociale). Cependant, pour bénéficier de cet encadrement, il faut bien évidemment être affilié au système de santé français. En tant qu’expatrié, travaillant et/ou résidant à l’étranger, la seule possibilité pour vous de bénéficier encore du système français est d’être affilié à la CFE (et d’y être affilié depuis votre départ comme on l’a vu). On le répète mais vous ne pouvez pas adhérer au régime plus de 3 mois après le départ après être tombée enceinte. 

En tant qu’adhérent à la CFE, vous pouvez vous faire soigner pendant 3 mois en France. Pour profiter d’une couverture en France supérieure à 3 mois, il faudra souscrire à une option spécifique (qui prolonge à 6 mois).

Sans cette affiliation à la CFE, sans votre adhésion à la protection sociale française, vous ne pouvez être encadrée pour un accouchement en France.  

Quelles démarches pour accoucher à l’étranger ?

L’accouchement se prépare, à l’étranger comme en France. Ainsi, si vous avez un projet de maternité, on vous conseille de vous renseigner quant aux possibilités de protection sociale avant de tomber enceinte (pour être sûr de profiter du meilleur des services) que ce soit auprès de la communauté d’expat français du pays dans lequel vous résidez, auprès de plusieurs compagnies d’assurance ou auprès des services publics français. N’hésitez pas par exemple à vous renseigner auprès du consulat de votre pays d’accueil, ils pourront vous fournir une liste de médecins francophones compétents dans votre région. 

Aussi, il est important de définir si vous souhaitez faire le suivi à l’étranger ou en France, ou si vous souhaitez accoucher à l’étranger ou en France. 

Dans tous les cas, on vous conseille de souscrire à la CFE pour bénéficier d’un encadrement français si besoin ainsi qu’à une assurance complémentaire privée pour profiter d’une meilleure prise en charge, et commencer ce nouveau projet l’esprit léger. Car le plus important, dans le cadre d’un tel projet, est d’être sereine.