Accueil » Comment devenir expatrié au Mexique ?
comment devenir expatrié au Mexique

Comment devenir expatrié au Mexique ?

Pays festif à la culture et à l’histoire riches, forte destination culinaire, rythme et qualité de vie agréables : le Mexique est une destination qui attire de plus en plus de Français. En 2022, ils étaient plus de 22 000* établis dans le pays des tacos et du soleil chaud. Si c’est également dans vos plans, on vous donne ici 5 étapes essentielles pour s’expatrier au Mexique.

1. Obtenir un visa

Comme dans beaucoup de pays du monde, la première nécessité pour s’expatrier au Mexique est d’avoir un visa. Le visa touristique, pour commencer, est gratuit. Il peut durer jusqu’à 180 jours (90 jours, renouvelable une fois) et vous n’avez besoin que d’un passeport en cours de validité pour l’obtenir. Cependant, ce visa touristique ne vous permet pas de travailler. Vous pouvez rechercher un emploi, lors d’un court séjour ou voyage… mais pas travailler.

Si vous souhaitez vous expatrier à proprement parler, et travailler, vous devrez vous tourner vers un visa de résident. Il existe deux types de ces visas :

  • le visa de résident temporaire : celui-ci est valable 4 ans, et doit être renouvelé tous les ans. Si vous souhaitez travailler, il faudra faire une demande de permis de travail (on en parle plus bas). La demande de visa quant à elle doit être faite avant d’arriver sur le territoire, auprès du consulat mexicain en France.
  • le visa de résident permanent se demande quant à lui une fois la résidence temporaire utilisée (une fois passés les 4 ans). Là aussi, vous devrez sortir du pays pour en faire la demande. Ce Graal vous donne à peu près les mêmes droits qu’un citoyen mexicain (sauf le droit de vote et celui d’intégrer l’armée mexicaine).

Après 5 ans de résidence au Mexique, vous pourrez faire une demande de citoyenneté. Celle-ci vous donne alors exactement les mêmes droits qu’un citoyen mexicain. A noter : il existe également un visa de résident permanent pour les retraités. Pour l’obtenir, il faut prouver sa cessation d’activité ainsi que des revenus suffisants.

Dans quelles situations pouvez-vous obtenir un visa de résident ?

Vous pouvez faire une demande

  • dans le cadre d’études supérieures
  • pour exercer une activité salariée auprès d’une entreprise mexicaine ou une activité non rémunérée auprès d’une institution mexicaine
  • pour réaliser des investissements au Mexique
  • si vous y êtes invité, par une organisation ou une institution publique ou privée
  • dans le cadre d’un regroupement familial (pour suivre un membre de votre famille, votre épouse, mari, parent)

Comme on le disait, la demande se fait auprès du consulat mexicain en France. Vous devrez présenter alors tous les documents nécessaires (passeport, photos d’identité, frais administratifs, etc.) Renseignez vous sur un site officiel pour obtenir toutes les informations.

2. Travailler sur le sol mexicain

Le visa est l’élément central pour partir s’expatrier au Mexique comme dans n’importe quel autre pays. Pour une expérience complète, comme on le disait, vous devez faire une demande de permis de travail. A noter, on le répète, avec un visa de résident temporaire, vous ne pourrez pas travailler sans ce permis. Et ce permis est rattaché à votre visa de résident.

Comment faire une demande de permis de travail ?

Pour obtenir votre permis de travail au Mexique, vous devrez présenter

  • une promesse d’embauche d’un employeur mexicain
  • ou un formulaire de déclaration de revenus

Comme la demande de visa, cette demande de permis doit être faite auprès du consulat mexicain en France (ou dans votre pays d’origine).

Le marché de l’emploi au Mexique

Le marché du travail est plutôt dynamique au Mexique, on parle ici de la 2ème plus grande économie en Amérique latine. Résultat, si votre envie est de travailler pour une entreprise mexicaine, vous n’aurez pas de difficulté à trouver un emploi en tant qu’étranger. Sans oublier que de nombreuses grandes entreprises françaises sont implantées elles aussi dans ce pays chaleureux. On pense notamment à Danone, Renault, Pernod Ricard… Vous pouvez toujours vous tourner vers elles si besoin d’un rattachement à la culture française !

A noter que pour travailler au Mexique, la maîtrise de l’anglais est indispensable. La connaissance de l’espagnol est un plus. D’autres informations qui pourraient vous intéresser : la durée légale du temps de travail est de 48 heures, 6 jours par semaine. Ce n’est que au-delà que les heures de travail sont considérées comme supplémentaires. Le salaire minimum légal (ou salario minimo general) est d’environ 8,82 € par jour.

3. Autres démarches administratives pour s’expatrier au Mexique

S’ensuivent toutes les démarches qui vous permettront de vraiment vous implanter au Mexique. A noter que toutes les démarches listées ci-dessous doivent être bouclées ou terminées en France puis ouvertes ou commencées au Mexique. On pense alors à

  • l’ouverture d’un compte bancaire,
  • fermer et ouvrir de l’autre côté de l’océan, les contrats d’électricité, de gaz, d’eau, et autres assurances diverses,
  • signaler votre déménagement aux administrations / aux impôts (français et mexicains)

Sachez d’ailleurs qu’un accord, une convention bilatérale, existe entre la France et le Mexique qui vous évite la double imposition, c’est-à-dire de payer des impôts dans les deux pays. A partir du moment où vous établissez votre domicile au Mexique, vous êtes considéré comme résident fiscal mexicain. De même si plus de 50 % de vos revenus proviennent de sources mexicaines.

Aussi, comme on le disait plus haut, il est un plus de parler espagnol avant de considérer une expatriation dans le pays. Mais si vous ne parlez pas du tout, sachez que les Mexicains ont un bon niveau en anglais et que vous pourrez également très bien appendre la langue dans le pays, entouré de locaux.

4. Le logement au Mexique

Ici, tout dépend bien sûr des Etats mexicains, le Mexique est un pays immense. L’offre, le type de logement, les prix ne sont pas les mêmes que vous souhaitiez vous expatrier à Mexico DC, la capitale, le Yucatan ou Oaxaca, en plein centre-ville, au bord de la plage ou en campagne. Pour l’expatriation, plusieurs villes attirent plus que d’autres cela dit. On peut citer notamment Mexico, Playa del Carmen, Tulum, Puebla, ville de Oaxaca, Puerto Vallarta…

Pour trouver un logement, plusieurs solutions s’offrent à vous… Mais se balader et ouvrir les yeux reste une bonne option ! En effet, des panneaux indiqueront les endroits en location « se renta« , « se alquila« . Vous pouvez également vous tourner vers des sites d’annonces. Les plus connus étant Craiglist ou Trovit. A noter que la durée d’un bail au Mexique est généralement de 1 an.

5. La santé et le système de santé au Mexique : à quoi avez-vous droit en tant qu’expatrié ?

S’il existe une convention quant aux impôts entre la France et le Mexique, ce n’est pas le cas quant à la sécurité sociale. En cas d’expatriation au Mexique, vous dépendrez alors du système de santé local. Il existe un régime obligatoire pour les salariés, et volontaires pour les indépendants. Il vous permet une prise en charge de vos frais de santé dans les établissements publics… Mais le domaine public souffre malheureusement d’un manque de personnel et d’équipement (sans oublier les temps d’attente parfois très longs). Nombreux sont les expatriés qui se tournent alors vers les établissements privés (avec une meilleure prise en charge mais des prix élevés), et qui souscrivent donc à une assurance santé complémentaire et internationale.

Avant de s’expatrier au Mexique, ou avant tout voyage dans le pays, on recommande de souscrire à une assurance complémentaire internationale ou française. Au-delà d’une prise en charge de vos frais de santé, de l’hospitalisation, elle vous permet en plus de bénéficier d’une couverture en France, d’un potentiel rapatriement sanitaire, d’une assistance. Rendez-vous sur notre site Santexpat pour trouver plus d’informations ainsi que l’assurance santé qui vous convient pour vous et votre famille (quelle que soit la durée de votre séjour).

Dernier point sur la sécurité au Mexique

Quand il est question de sécurité, au Mexique comme dans tout autre pays du monde, on peut entendre tout et son contraire. Que la population est accueillante et très chaleureuse, ou qu’il s’agit d’un endroit ultra dangereux où il ne faut pas aller. Bien évidemment, nous n’allons pas vous pousser à vous mettre en danger mais, entre nous, il est peut-être temps de vous faire votre propre opinion ! Comme tout autre pays du monde, ce n’est pas l’intégralité du pays qui est dangereux. Il existe simplement des endroits, des villes, des quartiers, des zones où il faut faire preuve de plus de vigilance. Que vous soyez expatrié français ou local d’ailleurs.

D’un point de vue santé aussi, prenez quelques précautions. L’eau par exemple n’est pas potable au Mexique. Et la nourriture de rue, bien que délicieuse et typique, peut être l’origine de quelques intoxications alimentaires ! Mais… disons que cela aussi fait partie de l’expérience pour s’expatrier au Mexique.

*Registre des Français établis hors de France, mai 2023