Accueil » Quelle assurance maladie pour les expatriés au Brésil ?
quelle assurance maladie pour les expatriés au brésil

Quelle assurance maladie pour les expatriés au Brésil ?

Vous partez vivre l’expérience d’une expatriation en dehors de la France et plus exactement, au pays de la samba, des carnavals et de la caïpirinha ? On revient ici sur l’Assurance maladie pour expatriés au Brésil : à quoi avez vous droit et pourquoi devez vous souscrire à une assurance santé complémentaire pour expatriés ?

L’Assurance maladie pour expatriés au Brésil : est-ce que ça fonctionne ?

En tant que Français, expatrié qui travaille et vit à l’extérieur du territoire français, vous ne pouvez plus bénéficier de la sécurité sociale française. Tout comme un touriste ou une personne en résidence temporaire d’ailleurs ! En vacances ou en expatriation dans la région brésilienne, la protection sociale française ne vous couvre pas. Seul un accord existe, une convention de protection sociale entre France et Brésil, pour les travailleurs détachés 24 mois maximum.

Heureusement, en tant qu’expatrié, vous pouvez bénéficier du système de protection sociale du pays dans lequel vous résidez. Et il existe d’autres solutions pour profiter d’une bonne couverture. Voyons ensemble à quelle couverture santé vous pouvez alors prétendre lors d’une expatriation brésilienne…

A quelle couverture santé pouvez-vous souscrire ?

1. La protection sociale brésilienne pour expatriés

Le pays dispose d’une couverture santé universelle et gratuite pour tous les citoyens et les résidents. Il s’agit du Sistema Unico de Saude (SUS). Même en tant que Français, travaillant et vivant à Rio de Janeiro, Sao Paulo ou Brasilia, vous y avez droit. Ce système permet une prise en charge de vos frais de santé dans les établissements publics ou auprès d’un personnel de santé public.

Il faut savoir cependant que le pays compte peu d’infrastructures publiques (en fonction des régions), que celles-ci sont considérées comme mal équipées et que les délais d’attente sont réputés très longs (parfois plusieurs mois pour une prise en charge). Aussi, il faut noter que dans le secteur public, vous ne pouvez pas vous adresser à n’importe quel médecin. Vous devez en effet vous tourner vers le dispensaire, le centre de santé ou ce qu’on appelle l’unité de santé de famille qui vous adressera ensuite vers le service ou l’hôpital spécialisé en cas d’urgence. De la même façon, c’est le médecin généraliste qui vous envoie vers un spécialiste.

Santé et secteur privé

Il existe bel et bien un secteur privé, des établissements de soins privés avec professionnels compétents. Ils représentent environ 60 % des établissements hospitaliers. Et contrairement au secteur public, le privé jouit d’une bonne réputation. Cependant, la protection sociale nationale ne permet pas de couvrir les frais dans le privé qui se veulent excessifs (surtout face au public, gratuit). Pour vous donner quelques exemples : le prix d’une consultation chez un généraliste peut varier de 20 à 190 € selon la région, le médecin et sa réputation*. Les consultations chez les spécialistes peuvent quant à elles atteindre jusqu’à 6 000 €. Raison pour laquelle toutes les personnes qui en ont les moyens souscrivent à une assurance santé privée (environ 25 % de la population selon l’Agence national de santé).

A noter : l’Ambassade ou le Consulat de France peuvent vous indiquer les meilleurs médecins francophones. Que ce soit lors d’un voyage ou au cours de votre expatriation, en cas de besoin, n’hésitez pas à consulter la liste de notoriété des professionnels de santé.

2. La CFE pour Caisse des Français à l’étranger

La CFE est un organisme privé chargé de mission publique. Sa mission en l’occurrence est de proposer aux Français partis s’expatrier en dehors de la France, une continuité de leurs droits à la protection sociale française. Cependant, les remboursements proposés par la CFE sont considérés comme une première base… Ils ne permettent pas de couvrir l’intégralité de vos frais de santé dans le pays. La CFE rembourse un pourcentage des frais comme en France finalement (31 % pour une hospitalisation, 45 % en pharmacie). Aussi, pour bénéficier des services de la CFE, il faudra bien sûr payer des cotisations.

3. Les assurances santé privées pour expatriés

Pour accéder aux meilleurs soins, rapidement et surtout, pour pouvoir les payer, on vous recommande de souscrire à une assurance privée pour expatriés. Choisissez une assurance santé complémentaire à la CFE ou complémentaire à la protection sociale brésilienne… Qui, dans tous les cas, prend en charge les frais médicaux, même dans les établissements privés, l’hospitalisation (500 000 euros de couverture minimum) voire la responsabilité civile et le rapatriement sanitaire. L’avantage est qu’une assurance privée compte aussi généralement un bon service d’assistance (numéro d’assistance toujours présent sur votre attestation d’assurance !). Idéal pour vous accompagner en cas d’accident (où aller, comment, et à quel prix) dans un pays qui parle portugais.

Il est important de bien réfléchir à votre couverture sociale avant expatriation dans le pays de la bossa nova. Rendez vous sur notre site Santexpat.fr pour en savoir plus, et pour trouver l’assurance santé pour expatriés qui vous correspond. Qui correspond à vos besoins et à votre séjour à l’etranger.

Dernière info importante avant de partir : n’oubliez pas de faire un check-up avant votre départ, chez votre médecin en France, ainsi qu’un point vaccin.

*Source : Le régime brésilien de sécurité sociale, Cleiss