Médecine douce et expatriation

Les besoins en termes d’assurance santé évoluent, et c’est également le cas pour les expatriés français qui ont de nouvelles attentes. La médecine douce en fait partie ! Les médecines douces peuvent être utiles pour prévenir certaines maladies ou venir en complément de la médecine curative traditionnelle dans les parcours de soins. On fait le point sur cette alternative, et sur les remboursements pouvant être proposés par votre mutuelle santé.

Qu’est-ce que la médecine douce ?

Celle que l’on appelle aussi médecine de bien-être, médecine préventive ou encore médecine alternative est en fait un ensemble de pratiques (une centaine environ) qui n’utilisent ni médicament ni molécule chimique pour traiter le patient, quelle que soit la maladie ou les besoins du patient. On parle de médecine douce car elle se veut douce pour le corps, l’esprit, l’humain.

Pour vous donner quelques exemples, l’ostéopathie, très répandue en France, l’acupuncture ou encore la sophrologie sont des médecines douces. La médecine traditionnelle chinoise entre également dans la catégorie, tout comme la psychologie qui est considérée comme médecine douce quand les séances sont réalisées dans un cabinet libéral.

On le verra plus en détail plus bas, cependant sachez que certaines pratiques peuvent être remboursées par votre assurance santé expatrié. Ce n’est pas le cas de toutes les pratiques ni de toutes les assurances. Pour la psychologie par exemple qui, dans les contrats d’assurance santé internationale, se veut distincte, il peut y avoir plusieurs paliers de remboursement. Avant de souscrire, on vous conseille de vous renseigner sur les prises en charge par les différentes couvertures santé.

Pratique en France et à l’étranger

7 Français sur 10 déclarent avoir déjà eu recours aux médecines naturelles pour se soigner.* Réputées pour être moins agressives que la médecine traditionnelle, il s’agit d’alternatives qui séduisent, partout dans le monde. Elles permettent de prévenir, de soulager voire de traiter, à travers quelques consultations et sans médicament. Aujourd’hui, en France, elles sont davantage utilisées en complément de la médecine allopathique. Elles sont souvent plébiscitées pour prévenir des maladies ou améliorer la qualité de vie, ou pour des actes médicaux dits de confort. Très utiles en consultation préventive, pour éviter la prise de médicaments, elles permettent dans certains cas également d’éviter une hospitalisation. Elles apportent parfois une assistance, et permettent enfin de lutter contre le stress lié au travail ou au rythme de vie, qui est à l’origine d’un grand nombre de pathologies, d’autant plus quand les personnes décident de partir en expatriation.

La médecine douce est utilisée dans un grand nombre de pays à travers le monde, ce qui peut vous permettre d’y avoir accès, quel que soit votre pays d’expatriation. Bien sûr, sa réputation médicale et son utilisation dépendent du pays. Ces pratiques alternatives sont par exemple très développées dans de nombreux pays d’Asie, en Suisse (où certaines pratiques sont d’ailleurs intégrées dans le système de protection Suisse) ou encore au Canada. Vous pourrez y trouver par exemple le Collège des médecines douces du Québec (CMDQ), organisme d’enseignement des médecines douces à distance, qui a obtenu des reconnaissances légales et coopératives en 1989. Renseignez-vous en amont sur les types de médecines alternatives que votre pays d’accueil propose afin de choisir celle qui vous convient le mieux. Suite à cela, vous pourrez trouver la couverture santé expatrié adaptée à vos besoins. 

Médecine douce et système de sécurité sociale

N’étant pas considérée comme “spécialité médicale”, les remboursements par la sécurité sociale sont malheureusement quasi nuls. Aucune prise en charge par l’Assurance Maladie… sauf si les séances sont assurées par un médecin conventionné. Dans ce cas, le patient peut profiter de remboursements (pourcentage en fonction de la pratique ; homéopathie, hypnose, psychologie, sophrologie, acupuncture peuvent être couverts jusqu’à 70 %). Ces pratiques étant peu prises en charge par la sécurité sociale en France, il en va de même côté CFE. Les remboursements par la Caisse des Français à l’étranger (ou CFE) sont quasi nuls. 

Les médecines douces sont-elles couvertes par mon assurance santé internationale ?

Concernant la prise en charge par les complémentaires santé, que ce soit en France ou à l’étranger (dans le cadre d’une expatriation), tout dépend aussi de la pratique ainsi que des garanties proposées par votre assurance santé. Certains assureurs remboursent uniquement les frais d’homéopathie tandis que d’autres couvrent des actes “courants” de médecines douces comme l’ostéopathie, la kinésithérapie ou la chiropratique. Les critères de remboursement des médecines alternatives ne sont pas fixes. Ils sont différents en fonction des assureurs et de la couverture santé choisie. 

Certains assureurs prennent en charge un nombre fixe de séances, classifiées dans la catégorie “médecine douce”, c’est par exemple le cas de MSH qui prend en charge jusqu’à 10 séances de médecine alternative par an à 100 %. Le nombre de séances prises en charge peut aussi varier en fonction de la gamme de votre contrat (contrat de base ou plus haut de gamme). Elles peuvent également être en option de votre contrat ou sous forme de forfait annuel, c’est ce que proposent April ou Malakoff-Humanis par exemple. On vous conseille de vérifier dans votre contrat vos garanties, pour savoir si vous êtes remboursé séance par séance ou avec un plafond annuel maximum. Attention, certaines assurances ne vous remboursent vos séances de médecines alternatives que si celles-ci sont recommandées par un médecin ou un spécialiste. 


Santexpat.fr, comparateur d’assurances santé pour expatrié

Vous souhaitez souscrire à une assurance santé internationale ? Santexpat.fr propose des contrats d’assurance et mutuelle santé pour expatriés incluant la médecine douce. N’hésitez pas à contacter l’un de nos experts en santé internationale pour faire le point. Vous pourrez ainsi vérifier quelles pratiques sont prises en charge, pour quels soins, et quelle hauteur de remboursement. Si vous êtes déjà assuré, on vous conseille de lire attentivement les garanties proposées par votre assurance dans votre contrat et/ou attestation (que ce soit en France ou à l’étranger, dans votre pays d’expatriation). 

A noter : bien que “naturelles”, il est conseillé d’en parler à votre médecin traitant avant d’y avoir recours (encore plus dans le cadre d’une maternité, d’une hospitalisation ou pour le traitement des enfants). N’hésitez pas à consulter plusieurs médecins afin de recueillir avis et recommandations, et afin également de connaître les prix des consultations.


* Enquête Harris Interactive – Novembre 2019